3 mythes en immobilier

Vous avez aimé cette vidéo et en voulez plus? N’hésitez plus et visionnez dès maintenant la série de vidéos GRATUITES!

Veuillez prendre note que le texte ci-dessous est une retranscription intégrale de la vidéo ce qui peut par moment affecter la formulation orthographique.

Je me présente, je suis Stéphanie Milot, investisseuse immobilier. Je suis la fondatrice du programme ImmoRéussite un programme dans lequel on vous enseigne les meilleures stratégies pour devenir investisseur immobilier. Aujourd’hui j’ai envie de défaire des mythes qui sont fortement ancrés dans nos croyances.

Mythe numéro un : il faut attendre le bon moment pour acheter. Il y a des moments où les marchés avantagent plus les vendeurs. Les immeubles, les propriétés, les terrains sont très chers. Par contre, le marché immobilier est un marché qui est très cyclique.

Ça fait plus de 22 ans que j’investis dans l’immobilier et je fais toujours des acquisitions. Il y a toujours des aubaines même dans des marchés haussiers. Il faut juste savoir comment les trouver. Cessez de croire ce mythe-là! Y croire pourrait vous porter à faire de la procrastination.

Il y a une quinzaine d’années dans un club d’investisseurs que je fréquentais j’avais rencontré des gens qui affirmaient : « Je suis prêt. Je veux investir en immobilier». J’ai revu certaines de ces personnes plusieurs années plus tard et je leur ai demandé où en étaient rendus leurs projets. Ils me répondaient : «J’attends. J’attends le bon moment». Excuse-moi, si ça fait 15 ans que tu attends le bon moment, tu n’investiras jamais.

Si vous attendez que le marché baisse, dites-vous une chose, quand un marché baisse, les taux d’intérêt eux, montent. Comme en ce moment, on profite  de taux d’intérêt historiquement bas, que ce soit au Canada ou en Europe. Les taux d’intérêt sont tout à fait extraordinaires. C’est le temps d’investir. Il faut simplement trouver les bonnes aubaines, les bonnes opportunités.

Mythe numéro deux : l’immobilier ce n’est plus ce que c’était. C’est moins rentable. Souvent les gens vont dire que les bonnes années en immobilier sont derrière nous. Mais à quoi font-ils référence? Probablement à ces gens qui ont acheté des propriétés à des prix exorbitants. De ceux-là il y en aura toujours.

Pour acheter un immeuble par exemple d’un million de dollars, si vous avez le million en banque, les calculs ne sont pas les mêmes que si vous utilisez du financement. Mais dites-vous une chose, ce n’est pas vrai que les meilleures années en immobilier sont derrière nous. Par contre, il faut simplement s’assurer dans des  marchés haussiers de trouver, les bonnes opportunités. Dans le cadre d’une prochaine chronique, je vais partager avec vous des stratégies pour trouver des aubaines, parce qu’elles existent!

immobilierTroisième mythe : ça prend de l’argent pour faire de l’argent. Vous avez sûrement déjà entendu ça. Mon papa me disait ça quand j’étais jeune. «Stéphanie ça prend de l’argent pour faire de l’argent». Quelle croyance limitative! Ce n’est pas vrai! Il y a des stratégies pour faire votre mise de fond sur votre premier immeuble. Ou pour acheter une seconde propriété. Il y a ce qu’on appelle des stratégies en financement créatif.  Une des façons est de demander une balance de vente.

C’est quoi une balance de vente? Il y a une propriété qui est en vente et on demande au propriétaire de nous avancer l’argent nécessaire pour la mise de fonds. Évidemment il s’agit d’un contrat notarié. C’est fait en bonne et due forme.

Il y en a plein de stratégies donc arrêtez de croire que ça prend nécessairement de l’argent pour faire de l’argent. C’est une fausse croyance et elle vous limite.

Moi je vous propose une chose si vous avez envie de passer à l’action. Comme je le dis souvent, il faut se former. J’ai décidé de vous faire une série de vidéos gratuites dans lesquelles je vous partage d’autres stratégies pour entrer sur le marché immobilier. Je vous invite simplement à vous abonner au site www.immoreussite.com. Vous allez ensuite recevoir une série de vidéos gratuitement. Merci de votre confiance et je vous reparle dans une prochaine chronique. Salut!